Le Député de la Corrèze Philippe Nauche questionne le Gouvernement sur le désenclavement du Limousin

Ce mardi 13 décembre 2016, à l'Assemblée Nationale, lors des questions orales.Philippe Nauche a posé une question  au gouvernement portant sur la nécessité du désenclavement du Limousin et de la Corrèze en particulier.

M. Philippe Nauche. Je souhaite appeler l’attention de M. le secrétaire d’État chargé des transports, de la mer et de la pêche sur la nécessité impérieuse de poursuivre la construction d’infrastructures ferroviaires, dans une logique d’aménagement du territoire. Plus précisément, c’est la question de la desserte du Limousin en général et de la Corrèze en particulier que je souhaite soulever aujourd’hui.

Comme vous le savez, la déclaration d’utilité publique du barreau Limoges-Poitiers a été annulée par le Conseil d’État en avril dernier, laissant la question en suspens. Or, à l’occasion de son déplacement à Brive le 8 octobre dernier, le Président de la République a réaffirmé son soutien à l’idée d’une ligne à grande vitesse – LGV – permettant de désenclaver correctement le centre ouest de la France sur le plan ferroviaire. Il a donc demandé que le dossier soit retravaillé et que des solutions concrètes soient proposées, notamment en matière financière.

Parmi les réflexions, la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse, dite « POLT », pourrait bénéficier d’une alternative cohérente fondée sur une amélioration des infrastructures et du matériel et un raccordement à la grande vitesse européenne, sur une partie du trajet au moins, entre Paris et Vierzon dans un premier temps.

Lire la suite :  Philippe Nauche questionne le Gouvernement sur le désenclavement du Limousin

 

Un décret du 5 décembre 2016 charge M. Delebarre d'une « mission temporaire ayant pour objet 

l'amélioration de l'accessibilité de Limoges, du Limousin et des territoires limitrophes. »

Il est intéressant d’avoir un interlocuteur ; dommage que ce soit dans un contexte de crise politique et de fin de règne ! D’ailleurs le code électoral, auquel se réfère ce décret, n’autorise que pour six mois maximum les parlementaires à exercer une mission qui leur est confiée par le Gouvernement. M. Delebarre va donc devoir aller vite avec sa petite voiture. Les bouchons à l’entrée nord de Limoges devraient l’édifier.

Le décret de nomination n’évoque pas la LGV mais l’accessibilité,

Lire la suite : CRI-communiqué de presse du 6 décembre 2016